Forums | Contact | Plan du site Menu Accueil » Finance « Soldes intermédiaires de gestion - SIG

Inscription - Connexion

Pseudo:
Pass:
Se souvenir de moi


 
La finance de marché
Le marché monétaire
Le marché actions / obligations
Les marchés dérivés
Gestion de portefeuille
Gestion des risques
 
Analyse de l'activité et des résultats
Soldes int. de gestion (SIG)
Capacité d'autofinancement
Analyse qualitative de l'activité
Le compte de résultat
 
Analyse de la structure financière
Présentation du bilan
Analyse par les ratios
Bilan fonctionnel
FRNG, BFR et trésorerie
Bilan financier
coût du capital et valeur de l'entreprise
 
Les tableaux de financement
Présentation générale
Le tableau de financement
Optique pool de fonds
Le tableau de flux OEC
Le tableau des flux CDB
Tableau pluriannuel (TPFF)
 
Autres outils de diagnostic
Analyse de la liquidité
Risques d'exploitation, financier et de faillite
 
Evaluation de l'entreprise
Approche comptable
Méthode du goodwill
Flux de liquidité prévisionnels
Méthode de capitalisation
Autres méthodes
 
Investissement et financement
Evaluation des projets d'inves.
Sources de financement
Modes de financement
 
Planification et gestion financière
Le BFR normatif
Plan de financement
Prévisions de trésorerie
Financements et placements CT
 
Fermer
X

Soldes intermédiaires de gestion

  Dans le système développé de la liasse fiscale, le plan comptable général prévoit le calcul de neuf soldes intermédiaires de gestion. Afin de rendre ces soldes comparables entre différentes entreprises, la Centrale de bilans propose une analyse plus économique (pour certains auteurs, les SIG du PCG sont de nature trop juridique) par certains retraitements, expliqués dans une deuxième partie (SIG CDB en fin de fiche).

Tableau des SIG précognisé par le Plan comptable général

  Marge commerciale  
  Production de l'exercice  
  Valeur ajoutée (VA)  
  Excédent brut d'exploitation (EBE)  
  Résultat d'exploitation  
  Résultat courant avant impôts  
  Résultat exceptionnel  
  Résultat de l'exercice  
  +/- values sur cessions  

 


Marge commerciale

  Elle constitue un indicateur fondamental de l'activité des entreprises commerciales. Les calculs des taux de marges facilitent les comparaisons inter-entreprises; Ils peuvent-être calculés par branche d'activité, par produits et constituent d'excellents outils de gestion.

Taux de marge =
marge commerciale x 100
coût d'achat
Taux de marque =
marge commerciale x 100
prix de vente

= Vente de marchandises comptes (707-7097)
- Coût d'achat des marchandises vendues - comptes (607+6087±6037-6097)


Production de l'exercice

  Elle constitue un indicateur de gestion qui n'est pas homogène, car la production vendue est exprimée au prix de vente (généralement HT) alors que la production stockée et la production immobilisée sont évaluées au coût de production. Cependant, cet indicateur mesure mieux que le chiffre d'affaire l'activité de l'entreprise.

= Production vendue comptes (701 à 706 + 708 - 709)
± Variation de la production stockée ± compte (713)
+ Production immobilisée + compte (72)


Valeur ajoutée

  La valeur ajoutée mesure l'activité propre de l'entreprise et contribue à la formation du résultat. Elle exprime la création de valeur que l'entreprise apporte aux biens et services en provenance des tiers.
La valeur ajoutée est un indicateur de gestion très important, car c'est elle qui permet la rémunération des divers facteurs de production (Etat, personnel...).
De plus, cet indicateur permet d'apprécier :
· les structures et les méthodes d'exploitation de l'entreprise,
· l'efficacité des facteurs de production.

= Production de l'exercice Production de l'exercice
+ Marge commerciale + Marge commerciale
- Consommations de l'exercice en provenance des tiers - comptes (601+602+604+605+606-6091-6092-6093+6031+6032+61+62)

Le ratio (Valeur ajoutée / Production de l'exercice) donne une idée du degré d'intégration de l'entreprise. Plus il est élevé, plus l'entreprise est intégrée (si l'entreprise est fortement intégrée, elle fait peu appel à l'extérieur et , donc, les consommations en provenance des tiers sont peu importantes.


Excédent brut d'exploitation (EBE)

  L'EBE est le SIG le plus significatif car il permet d'apprécier la rentabilité de l'exploitation de l'entreprise avant :
· les décisions relatives aux amortissements, aux provisions et aux résultats,
· l'influence des résultats financiers et exceptionnels,
· l'incidence de l'impôt sur les bénéfices et de la participation des salariés aux résultats de l'entreprise.
L'EBE permet donc d'utiles comparaisons avec les exercices précédents des performances industrielles et commerciales.

= Valeur ajoutée Valeur ajoutée
+ Subventions d'exploitation + compte (74)
- Impôts, taxes et versements assimilés - compte (63)
- Charges de personnel - compte (64)


Résultat d'exploitation

  Il permet d'apprécier les performances de l'entreprise indépendamment de sa politique financière, d'investissement ou de distribution. Il facilite la comparaison des performaces d'entreprises dont les politiques de financement sont différentes

= EBE EBE
+ Reprises sur amort. et prov. d'exploitation + compte (781)
+ Transferts de charges d'exploitation + compte (791)
+ autres produits de gestion courante + compte (75)
- Dotation aux amort. et aux prov. d'exploitation - compte (681)
- Autres charges de gestion courante - compte (65)


Résultat courant avant impôts

  La comparaison du résultat courant avant impôts avec le résultat d'exploitation met en évidence l'importance prise par la gestion financière dans la formation du résultat de l'entreprise.

= Résultat d'exploitation Résultat d'exploitation
+ produits financiers + comptes (76+786+796)
- Charges financières - comptes (66+686)
± Quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun ± comptes (755-655)


Résultat exceptionnel


= Produits exceptionnels comptes (77+787+797)
- Charges exceptionnelles - comptes (67+687)


Résultat de l'exercice

  Il ne reflète pas vraiment la capacité de l'entreprise à dégager des profits car il est souvent influencé par des facteurs à caractère exceptionnel ou extérieurs à l'exploitation. Il présente cependant un intérêt au niveau public car il représente le revenu qui revient aux associés. C'est à partir du résultat de l'exercice qu'est calculée la rentabilité des capitaux propres.

= Résultat courant avant impôts Résultat courant avant impôts
± Résultat exceptionnel ± Résultat exceptionnel
- Participation des salariés - compte (691)
- Impôt sur les bénéfices - compte (695)


Plus values ou moins values sur cessions d'éléments d'actif


= Produits des cessions d'éléments d'actif compte (775)
- Valeur comptable des éléments d'actif cédés - compte (675)


Les SIG de la Centrale de bilans

Les retraitements des postes selon la Centrale des bilans

  • Retraitement du poste Subventions d'exploitation : les subventions d'exploitation versées en compensation du prix de vente sont analysées comme un complément au chiffre d'affaires et sont rajoutées à la marge brute d'exploitation pour calculer la valeur ajoutée CDB. Les autres subventions sont prises en compte pour calculer le résultat d'exploitation.

  • Retraitement du poste Sous-traitance : les frais de sous-traitance de fabrication enregistrés dans le compte 611 sont retirés de la production de l'exercice pour obtenir la production propre.

  • Retraitement des redevances de crédit-bail et de locations financières (location-financement) : pour être pertinante, la comparaison des SIG de plusieures entreprises doit être basée sur des soldes homogènes. Or, deux entreprises strictement identiques, mais dont l'une fait appel au crédit-bail alors que l'autre est propriétaire de tous ses actifs de production, auront des valeurs ajoutées PCG différentes. Afin d'éviter cette anomalie, la Centrale de blians traite les entreprises qui ont des biens en crédit-bail comme si elles avaient acquis ces biens par endettement.

    On retranche donc les redevances de crédit-bail des consommations en provenance des tiers afin de les porter :
    * en amortissement correspondant aux dotations qui auraient été pratiquées si l'entreprise avait été propriétaire du bien,
    * en charges d'intérêt pour le solde.

  • Retraitement du poste Personnel extérieur : ce poste est retranché des consommations en provenance des tiers et rattaché aux charges de personnel.

  • Autres retraitements : certains éléments de l'activité financière sont transférés à l'activité d'exploitation.

 

Les soldes selon la méthode CDB

  • Marge sur production propre: c'est l'excédent dégagé par les ventes de biens et services, produits par l'entreprise, sur les achats consommés de matières premières et d'approvisionnement.

  • Marge brute d'exploitation: c'est l'excédent dégagé par l'ensemble des ventes (marchandises + biens et services) sur l'ensemble des achats consonmmés.

  • Valeur ajoutée CDB: ce sont les ressources obtenues au niveau de l'exploitation au sens strict avant déduction des charges de personnel, des impôts, taxes et versements assimilés.

  • Résultat brut d'exploitation: ce sont les ressources obtenues grâce à l'exploitation de l'entreprise ou encore le premier solde obtenu à l'issue du processus de production et de commercialisation de l'entreprise.

  • Revenus répartis: c'est la richesse totale produite au niveau de l'ensemble des activités de l'entreprise.

  • Résultat brut global: c'est la richesse dégagée dans le cadre de l'ensemble des activités de l'entreprise après déduction des charges de personnel, y compris personnel extérieur.

  • Résultat net global: rapporté au capital financier, il mesure la rentabilité économique nette. Il est calculé en retranchant les dotations aux amortissements du résultat brut global.

  • CAF: Elle se calcule à partir du résultat brut global et est égale à la CAF du PCG + la fraction des redevances de CB + amortissements.

vous devez être inscrit pour poster sur le forum, voir ou déposer des commentaires sur cette page. N'attentez pas, l'inscription sur le site est gratuite !


© Cédric MICHEL - conseil & création ( 2003 / 2017 )